Modele tatouage tahitien

Cet article vous donnera un regard approfondi sur l`art du tatouage polynésien après une carrière en tant que professeur d`école sur le Fenua (mot tahitien pour la patrie-Français Polynésie) où il a vécu pendant plus de 36 ans, Manu Farrarons a rapidement échangé son crayon pour une aiguille. Après un «pèlerinage» au Musée de l`évêque à Hawaï dans les années 1990 pour faire des recherches sur le tatouage polynésien, cet artiste en herbe est retourné à Tahiti avec des articles traduits du célèbre anthropologue allemand Karl von den Steinen et Hardy et Hardy , un couple Explorateur. Leurs œuvres sur le tatouage polynésien, dont le plus connu est encore le tatoué des Marquesan, lui ont permis de le raviver des cendres. Bien que Babakhin ne crée pas ses tatouages sur mesure à travers la technique traditionnelle de la main-tapotement polynésien, son art est acclamé et en 2013 ses collègues l`ont voté artiste de l`année pour les prix du tatouage polynésien. L`expertise de Babakhin découle non seulement de ses capacités techniques, mais aussi de savoir lire les contours corporels et de les accentuer avec des motifs de blackwork rendus artistiquement. Pour Babakhin, tout est possible, et sa portée créative est apparemment illimitée. “Là, vous avez vos grands-mères. Ici, vous avez la danse et le voyage. Est-ce ce que vous envisagais? Assis sur une chaise en cuir en face de son client, Manu Farrarons, maintenant plus de 40, place son marqueur de couleur sur sa table de travail.

En anglais couramment touché avec un léger accent, cet artiste de tatouage polynésien prend le temps d`avoir une conversation avant d`injecter l`encre dans la cheville de jessica. Elle est une danseuse américaine ori Tahiti (`ori Tahiti est une danse traditionnelle tahitienne). Il y a des années, l`écriture n`est pas éminente dans les Polynésiens. Pour permettre aux gens d`en savoir plus sur l`identité et la personnalité de l`autre, ils ont utilisé l`art – le tatouage polynésien est né. Les tatouages sont plus susceptibles d`indiquer l`État hiérarchique d`une personne, la généalogie, la maturité sexuelle et le statut sociétal. En 1797, les tatouages polynésiens furent interdits lorsque les missionnaires arrivèrent, fondant la décision selon l`ancien testament. Dans les années 1980, l`art antique a été relancé et beaucoup ont apprécié passer par la procédure. Cependant, en raison du manque de connaissances sur la façon dont les maladies peuvent être transférées juste en partageant des aiguilles (ou du matériel en bois et en os dans leur cas), le gouvernement a interdit la procédure une fois de plus. Historiquement, il n`y avait pas d`écriture dans la culture polynésienne de sorte que l`art de tatouage utilisé polynésien qui était plein de signes distinctifs pour exprimer leur identité et la personnalité. Les tatouages indiqueraient le statut dans une société hiérarchique, ainsi que la maturité sexuelle, la généalogie et les rangs dans la société. Presque tout le monde dans la société polynésienne ancienne a été tatoué.